Accueil » 40 Questions et Réponses » 40 réponses claires au sujet des hemorroïdes (deuxième partie)

40 réponses claires au sujet des hemorroïdes (deuxième partie)

Voici le deuxième volet des 40 réponses claires au sujet des hemorroides. Au cas où vous n’auriez pas lu la première partie, c’est par ici

13- A propos des selles, doit-on évacuer la totalité des selles, et comment savoir si c’est fait ?

Souvent, on a la fausse impression qu’il reste encore des selles à évacuer. En plus, même s’il en restait un peu, cela ne nous fera pas de mal. Au contraire, en insistant, nous risquons de gonfler les hémorroïdes, ce qui justement augmente cette fausse sensation qu’il reste quelque chose dans le derrière, et nous pousse à pousser encore plus. Bonjour le cercle vicieux!

14- Il n’est donc pas nécessaire d’évacuer complètement les selles ?

En fait, nous évacuons jusqu’à 90 % des selles en moins de 20 secondes, et presque 100 % en 1 minute. De toute façon, le colon ne se videra jamais complètement, surtout au niveau de sa partie initiale.

15- Il ne faut pas passer plus d’une minute dans les toilettes ?

Absolument ! Une seule minute est suffisante pour déféquer normalement.

16- Et pour les passionnés de lecture aux toilettes ?

Il faut choisir entre culture pendant quelques minutes et hémorroides douloureuses pendant longtemps.

17- Si on respecte ces consignes, on n’aura plus de problème d’hémorroides ?

Ce qui est sûr, c’est qu’en allant toujours à la selle, quand on en a envie (et seulement quand on en a envie), qu’on ne se force pas lors de l’évacuation, et qu’on ne reste pas plus d’une minute dans les toilettes, nous mettons toutes les chances de notre côté pour ne jamais avoir de problème hémorroidaire.

18- Et si on fait le contraire ?

Les hémorroïdes vont commencer par grossir et gonfler, jusqu’à sortir de l’anus ; elles peuvent saigner et faire très mal.

19- Pourquoi et comment les hémorroides grossissent-elles ?

Cela se passe comme pour un muscle: en le faisant travailler, il prend du volume et grossit. c’est pareil pour les hémorroides. Cet état est appelé le prolapsus. Selon la gravité des cas, cela se passe en quatre étapes:

1. Les trois paquets hémorroïdaires gonfleront en réaction aux efforts et aux pressions
2. Les hémorroïdes sortiront lors des efforts puis rentreront spontanément ensuite
3. La personne atteinte devra les faire rentrer en les poussant avec ses doigts
4. Des paquets hémorroidaires ne pourront pas rentrer à l’intérieur de l’anus

20- Ne pourrait-on pas juste laisser ces hémorroïdes récalcitrantes à l’extérieur ?

Cela est vivement déconseillé, il vaut mieux essayer de les faire rentrer l’intérieur de l’anus, elles y sont mieux, et c’est aussi moins de douleurs et de problèmes pour la personne atteinte.

21- Existe-t-il d’autres types de gonflements ?

Oui, des caillots peuvent se former et entraîner des gonflements très douloureux. Dans ce cas, ce sont souvent les facteurs alimentaires qui en sont la cause. Les épices, le piment notamment, et les alcools sont des facteurs favorisant et les associer tous les deux est la meilleure façon de s’exposer à une thrombose hémorroïdaire.

22- Comment évolue une thrombose hémorroïdaire ?

Elle finira par se dégonfler plus ou moins vite et toute seule, selon la grosseur de la thrombose. Elle laissera derrière elle une petite peau appelée « marisque ». S’il s’agit par contre d’une grosse thrombose, souvent très douloureuse, une petite opération chirurgicale est nécessaire pour se débarrasser du caillot et de la peau résultante.

23- Et qu’en est-il des saignements ?

Se sont les saignements qui ont donné leur nom aux hémorroïdes (sang qui coule).
Le sang est en fait causé par les frottements et la pression exercée sur les hémorroïdes.

24- Donc, si on a du sang qui coule après des selles, c’est sûrement des hémorroides ?

Dans la plupart des cas oui. Mais, il faut impérativement faire une endoscopie pour s’en assurer.

25- Pourquoi, ? Qu’est-ce que cela pourrait être, à part des hémorroides ?

Il ne faut pas négliger la possibilité d’une autre maladie, en particulier d’un cancer du rectum.

 

Suite et fin de l’article en cliquant ici…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*