Accueil » Hémorroïdes et Accouchement » Hémorroïdes après accouchement: comment s’en débarrasser

Hémorroïdes après accouchement: comment s’en débarrasser

La naissance d’un bébé est une chose extraordinaire pour une maman, mais celle-ci ne ressent pas que du bonheur lors de l’accouchement et pendant la grossesse.

En effet, plusieurs soucis viennent déranger ce bonheur. Citons l’un des plus gênants: le problème des hémorroïdes après l’accouchement.

Hémorroïde, grossesse et accouchement

Les hémorroïdes sont des veines variqueuses enflées ou enflammées dans la partie inférieure du rectum ou de l’anus.

La grossesse et l’accouchement sont des facteurs déclencheurs de cette condition médicale. Le bébé qui grossit dans l’utérus et l’accouchement lui-même font enfler les veines dans la partie inférieure du corps.

Des études ont montré que dans 48% des cas la grossesse et l’accouchement révèlent la pathologie hémorroïdaire. Quant à sa fréquence, elle varie d’une femme à l’autre mais on parle d’au moins 1/3 des futures mamans qui seraient concernées durant leur grossesse.

Ce qui rend les femmes dans cette condition plus exposées aux hémorroïdes, c’est d’abord l’augmentation du volume sanguin de 25 à 40% pendant la grossesse, chose qui peut accentuer l’engorgement veineux.

Il y a ensuite la diminution du flot sanguin causée par l’expansion de l’utérus gravide ou par le relâchement des muscles pelviens, et enfin, l’absence de valves dans les vaisseaux hémorroïdaux et les veines de drainage.

La constipation chronique et les facteurs génétiques peuvent aussi entrer en compte.

En outre, pendant et après l’accouchement le risque de développer des hémorroïdes est toujours présent. L’accouchement traumatique et les gros bébés sont les raisons provoquant les hémorroïdes pendant l’accouchement.

Après l’accouchement, le risque subsiste pendant les 6 semaines qui le suivent. Cette période correspond généralement au renversement des changements qui se sont opérés dans l’organisme au cours de la grossesse.

Le facteur de risque le plus important alors est la difficulté de compléter l’évacuation rectale (constipation terminale).

Prévention des hémorroïdes après accouchement

Afin de prévenir ce désagrément, on peut recourir à quelques mesures. L’un de ces mesures consiste à suivre un régime alimentaire anti hémorroïdes.

En effet, il faudrait boire beaucoup d’eau, éviter la bière et les boissons gazeuses, consommer des aliments à base de fibres, comme par exemple des fruits frais, des légumes feuillus, des céréales et des pains de grains entiers.

Les fibres liposolubles sont très bénéfiques pour les fonctions digestives lorsqu’elles sont associées à une prise d’eau suffisante.

Il est aussi important de privilégier de bonnes habitudes de vie afin d’éviter la constipation.

L’exercice physique régulier adapté à une femme enceinte est à un très bon allié; attention toutefois à ne pas faire trop d’abdominaux car cela peut au contraire aggraver le problème.

La prise de laxatif permet d’augmenter le volume des selles. Citons comme exemple de laxatif, le psyllium (Metamucil, Fibrepur, Novo-Mucilax, Prodiem et autres).

Attention toutefois, l’usage des laxatif doit être occasionnel et ne devra en aucun cas remplacer un bon régime alimentaire.

Notez aussi que certains aliments ( alcool, fromages forts, chicorée torréfiée, café, certains conservateurs, certaines épices) et certains médicaments (pastilles au magnésium, certains antibiotiques) peuvent déclencher les crises.

En fait, chacun doit essayer d’être à l’écoute de soi et d’établir la relation entre ce qu’il a mangé et l’apparition des crises.

Traitement des hémorroïdes dans le cas de la femmes enceinte

Il y a des traitements qui sont prescrits à partir du second trimestre de la grossesse par le médecin traitant ou le pharmacien.

Ils vous conseilleront sur les traitements locaux qui soulageront les crises des hémorroïdes.

Un autre type type de traitement consiste à détourner l’usage premier de certains veinotoniques et de les adapter à la crise hémorroïdaire. Ces médicaments ont l’avantage de ne pas être contre-indiqués pour la femme enceinte.

Quelques études récentes concernant les fractions flavonoïques micronisées, tel que le Daflon 500 et l’hydroxyéthylrutoside, deux molécules utilisées en France, ont prouvé leur grande efficacité en prévention comme en crise.

En traitement local,sous forme de pommade, ils permettront d’agir doublement : ils diminuent la douleur et ont un effet anti-inflammatoire.

En fin, on pourrait suivre une approche psychique pour traiter les hémorroïdes, car ils peuvent très bien être liés à des causes psychiques.

En effet, un sentiment d’insécurité pourrait être à l’origine de l’apparition des hémorroïdes.

2 plusieurs commentaires

  1. Bonjour j’ai les hemorides depuis 3 semaine après mon accouchement et la crème faire rien de tout que ils sont toujour sortie comment faire??

    • Retournez voir son medecin ou sage femme
      Une cure de ginkor fort a bien fonctionné chez moi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*