Accueil » Problèmes Spécifiques » Quel est le traitement le plus efficace face aux hémorroïdes externes ?

Quel est le traitement le plus efficace face aux hémorroïdes externes ?

Les maladies hémorroïdaires se présentent généralement sous deux formes. Elles sont soit internes ou externes et pour ces deux cas, il existe des traitements appropriés. Lorsqu’il est question d’une hémorroïde externe, l’exemple à la une ici, de nombreuses personnes se demandent bien souvent le genre de traitement pratique pour soulager le mal ?

Qu’est-ce qu’une hémorroïde externe ?

Qui souffre d’une hémorroïde externe aura développé un caillot à l’intérieur d’une de ses veines anales suite à une diarrhée ou à une constipation. Il s’en suit généralement une thrombose, caractérisée par un gonflement douloureux autour de l’anus. C’est cette dilatation externe résultant de la formation d’un caillot qui s’accompagne de la distension de la peau et des vaisseaux sanguins autour de l’anus.

La douleur que l’on ressent est le résultat de la rupture d’un vaisseau du plexus hémorroïdaire externe qui va finalement créer l’hématome sous-cutané. Les femmes enceintes, particulièrement en souffriront beaucoup plus. Ce cauchemar a un début brutal, devient intense puis va persister jusqu’à ce qu’il y ait une intervention . Il est perçu comme une tuméfaction douloureuse qui va au point de priver son sujet de s’asseoir.

Les facteurs aggravant cette maladie

Certains gestes effectués au quotidien empirent l’état de la maladie, exemple: le fait de s’asseoir ou de se tenir debout un peu trop longtemps et s’engager également à faire des efforts physiques nécessitant de l’ardeur.

Plusieurs autres facteurs peuvent également déclencher les hémorroïdes. Ils s’agit de :

• Les troubles du transit intestinal comme la constipation ou la diarrhée ;

• La prise de laxatifs irritants, entraînant des efforts de pressions répétitives ;

• L’hérédité, c’est-à-dire une prédisposition familiale

Ces facteurs pourront notamment entraîner :

• Les érosions des muqueuses ;

• La déshydratation ;

• Le gonflement de l’anus pendant la grossesse ou tout juste après l’accouchement.

Les solutions possibles pour la soigner

En cas de thrombose œdémateuse, il est recommandé d’administrer par voie orale au patient du paracétamol et de l’AINS. Appliquer une pommade contenant des corticoïdes est aussi une bonne solution.

Les injections sclérosantes à base de substance irritante provoquent la sclérose des vaisseaux hémorroïdaires et permettent de soulager rapidement les maux.

Pour traiter une récente thrombose hémorroïdaire externe et douloureuse, il faut extraire le caillot par anesthésie locale. Cela se fait par l’injection de xylocaïne dans la partie inférieure et autour du caillot.

Ensuite, une incision doit être faite le long des plis radiés, suivie de l’excision des berges pour éviter leur fermeture précoce après l’extraction du caillot. Il faudra procéder après à nettoyer la cavité à la curette. Cette forme d’intervention réduit le risque de récidive si elle a été effectuée dans les 72 heures qui ont suivi l’apparition des symptômes.

Une ablation de l’hémorroïde est nécessaire s’il arrive qu’elle prenne une forme semi-circulaire ou circulaire et finit par devenir œdémateuse. Cette intervention, si elle est bien entreprise sera couronnée de résultats assez satisfaisants. Les soins postopératoires sont essentiels car ils facilitent le transit intestinal et favorisent la cicatrisation.

Il existe également d’autres procédés de traitement des cas d’hémorroïde externe. Il s’agit des traitements chirurgicaux qui sont efficaces mais pouvant être très douloureux après opération. Raison pour laquelle, les nouvelles techniques d’intervention chirurgicales utilisant des sondes semblent mieux réussir. Elles provoquent moins de douleur au niveau du vaisseau touché.

5 plusieurs commentaires

  1. Bonjour Monsieur
    Essayez l’huile d’olive tiède, c’est très efficace

  2. La plus part d’hemorroides se traite avec les medicaments (ex. Anti inflamatoires, corticoïde…) et autres mesures empechant les facteurs declanchant la douleur. en cas d’echec, la chirurgie est capitale.

  3. bonsoir j aroiii un prolaspsus hemoroidaire j ai pas mal mais souvent aller au toilette et un peut de muceuse et genant pour porter quoi faire il ya des annee opere de la marge anal

  4. Je souffre de prolapsus du rectum, j’ai besoin d’un traitement le plus vite possible j’ai tres mal je suis en Côte d’Ivoire.

  5. j’ai besoin d’un traitement le plus vite possible j’ai tres mal je suis au congo pointe-noire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*